AccueilpeintresPhotosInformation  
Le père TanguyLa femme aux tambourinePortrait du Docteur Gachet, Auvers, juinAutoportrait à l'oreille coupéeLes TournesolsArbre fleuriLe facteur RoulinPortrait du Lieutenant MillietMoulin à MontmartreIntérieur de restaurantAutoportraitLa chambre de Van Gogh à Arlesla Nuit étoilée

Vincent Van Gogh

« Il est impossible d'écrire combien on a de peine, on ne peut trouver aucun réconfort. C'est un chagrin qui durera et que je n'oublierai certainement jamais aussi longtemps que je vivrai; comme c'est souvent le cas, tout le monde maintenant loue son talent... Oh Mère! Il était tellement mon cher, cher frère. Théo »

(1853-1890) Peintre et dessinateur néerlandais post-impressionniste, l'un des principaux précurseurs de la modernité, avec Paul Gauguin et Paul Cézanne. La dynamique tumultueuse de son oeuvre picturale aux couleurs intenses annonce le fauvisme et l'expressionnisme.

Issu d'une famille de pasteurs, il se forme à La Haye, Londres et Paris (1869-1875) pour devenir marchand d'art et poursuit parallèlement des études de théologie. Employé chez le marchand d'art Goupil à La Haye, il le quitte bientôt, puis après d'autres tentatives, se fait prédicateur auprès des mineurs du Borinage, dans la région de Mons. A l'âge de 26 ans, il décide de devenir peintre et commence à travailler le dessin, l'aquarelle et la peinture à l'huile. Il réalise alors des paysages, des natures mortes et des scènes de la vie paysanne (les Mangeurs de pommes de terre). En 1885, il part pour Anvers et y admire les Rubens. La découverte des estampes japonaises modifie profondément sa conception de la couleur.

En 1886, il rejoint à Paris son frère Théo, avec lequel il entretiendra toute sa vie une correspondance intense, et qui ne cessera de le soutenir financièrement. Là, il découvre la peinture moderne et, sous l'influence du post-impressionnisme, change résolument de style. Il abandonne la manière sombre de sa période hollandaise, et travaille au couteau et au pinceau, dans une pâte épaisse dont les touches visibles structurent ses toiles.

En 1888, il décide de partir pour la Provence. A son arrivée à Arles, il adoptera une touche fragmentée et des couleurs claires. La couleur jaune, symbole de lumière et de chaleur, est présente dans la majorité de ses toiles (les Tournesols). C'est une intense période de création. Il accumule les tableaux de paysage, les intérieurs et les autoportraits. Rêvant de fonder une communauté d'artistes avec Emile Bernard et Paul Gauguin, telle celle de Pont-Aven, il convainc celui-ci de le rejoindre à Arles. Mais leurs querelles sont fréquentes, et après une violente dispute, Gauguin repart. Van Gogh, en proie au délire, se mutile alors l'oreille gauche (Autoportrait à l'oreille coupée).

Quelques oeuvres Suivante